Curiosités

Tableau Notre-Dame

La Vierge peinte sur toile, brunie sous la patine du temps, est représentée portant l'Enfant - Jésus sur le bras gauche.
Le cadre en bois noir, orné de festons légers en argent est d'un travail curieux.
Ce tableau est décrit par Mr Dornier dans son " Voyage pittoresque à travers l'arrondissement de Gray "

L'histoire
En 1637, Bernard de Saxe-Weimar, avec ses farouches Suédois assiégeait Marnay. Les bourgeois se réfugièrent dans le château-fort, dont les solides remparts leur permettaient de tenir longtemps. Furieux de cette résistance inattendue, Weymart fit mettre le feu aux quatre coins de la ville ainsi qu'à l'hôpital situé au pied d'une tour du château et près de la porte basse du bourg. Et tandis que brûlait la chapelle du château dudit hôpital ( et non la chapelle du château comme le mentionnent par erreur diverses relations ) le Tableau de la Vierge qui était exposé s'échappa miraculeusement des flammes et fut transporté sans qu'on ait jamais su par qui ni comment, au pied du château du côté de l'orient, dont il n'était pas attaqué
Les assiégés descendirent un homme par la fenêtre afin d'abriter ce tableau au château où il fut porté en triomphe et déposé à la Chapelle.
Ce prodige ranima le courage des défenseurs qui par leur héroïque résistance contraignirent l'ennemi à lever précipitamment le siège de la forteresse dans la nuit du 2 Juillet 1637. La translation du Tableau à l'Église de Marnay eut lieu en grande pompe pendant la Terreur, le dimanche 30 juin 1793. Les Marnaysiens conservent pieusement le tableau et la tradition du miracle, dont chaque année, le 2 Juillet une procession solennelle rappelle le souvenir.


Squelette St Germain

L'autel en chêne renferme la châsse du squelette entier de Saint Germain, martyr des catacombes, dont le Pape Innocent XI en 1686 avait fait don aux Carmes déchaussés de Marnay, à la demande du révérend Père Charles de Saint Bruno.


Bâton St Sébastien

Le bâton processionnel des confrères de Saint-Sébastien, est lui aussi remarquable. Il reste le témoin et le souvenir d'une époque pieuse où l'on avait recours à l'intervention des saints pour garantir le pays et ses habitants contre les maladies contagieuses.